Blog In Lyon

Survivre à un scandale politique

Survivre à un scandale politique – Les conseils à ne pas suivre


Aujourd’hui, c’est Carte Blanche sur Blog In Lyon et on a le plaisir d’accueillir le blogueur Lyonnais à l’origine du site Un Chien des Temps Modernes.
 
Il partage avec nous une chronique décalée et détonante : Survivre à un scandale politique – Les conseils à ne pas suivre.
 
Une chronique satirique sur un thème particulièrement d’actualité qui a de quoi faire réagir, grincer des dents, mais surtout rire ! Bonne lecture !

 

Survivre à un scandale politique

 

Survivre à un scandale politique – Les Conseils à ne pas suivre

 

Survivre à un scandale politique n’est pas chose aisée. L’actualité des dernières semaines pour preuve. Il est loin le temps béni où l’on pouvait taper dans la caisse, cumuler 450 mandats, avoir des comptes en Suisse, bourrer les urnes, faire voter les morts et s’en mettre plein les fouilles sans risque d’être inquiété. Non, aujourd’hui tout finit toujours, ou presque, par être déballé sur la place publique.

 

C’est pourquoi, avec la multiplication des scandales politiques au cours de ces dernières années et le démarrage en fanfare d’une période électorale qui s’annonce pas forcément du plus haut niveau, et promet d’être chargée en révélations, boules puantes, et autres coups bas non réglementaires, il m’a semblé opportun de sortir de mon silence pour reprendre la plume et poser sur le papier une petite liste de Conseils à ne pas suivre afin d’aider les malheureux serviteurs de l’état pris la main dans le pot de confiture à survivre à un scandale politique.

 

Dans un monde parfait et idyllique, nul n’aurait à avoir besoin de ce type de conseil, mais les choses étant ce qu’elles sont, je pense qu’ils permettront à certains, pris à la gorge et coincés au beau milieu d’une tempête médiatique, si ce n’est de ramener leur barque à bon port en parfait état, au moins de ne pas couler et boire définitivement la tasse.
Le mieux étant certainement de ne pas taper dans le pot de confiture, comme la plus grande majorité des gens au service de leurs concitoyens, mais dans le cas contraire, gardez toujours à l’esprit que le plus grave n’est pas tellement de le faire que de se faire attraper. Si vous n’avez pas su résister à la tentation et être digne de la confiance qui avait été placée en vous, la suite de ce texte pourrait vous être utile et s’avérer une oasis d’espoir au milieu de votre désarroi.

 

 

Survivre à un scandale politique – Technique 1 – Le silence

 

Aussi connue sous le nom de La Tombe ou, dans certains milieux interlopes, de La Pipelette Muselée – en référence à une incontinence verbale subitement réduite au silence.

 

Il y a encore quelques années, c’était sans doute une excellente technique, un must-have dans la panoplie du repris de justice endurci ou du primodélinquant brusquement catapulté sous les feux de la rampe suite à un sordide faits-divers, mais à l’ère des chaînes d’info en continu avec leurs débats d’experts et leurs commentateurs commentant les commentaires des uns et des autres plusieurs dizaines de fois par jour, du matin au soir et la nuit en boucle, des sites internet déclinant un papier sous 3 titres différents dans la même journée pour augmenter le nombre de clics, et des réseaux sociaux qui propagent le tout à la vitesse de la lumière, c’est une posture difficile à tenir.

 
Pour une légère infraction, voire un délit mineur, un mauvais jeu de mots, des propos racistes, une blague sexiste ou homophobe, ça peut fonctionner… vous suffira de vous terrer chez vous ou des amis quelques jours, d’éteindre téléphone, télé et ordinateur le temps que ça passe ou que l’actualité reparte sur des sujets autrement plus croustillants que le dérapage d’une petite poiscaille perdue dans le grand bain, et que l’emballement médiatique et populaire soudain s’éloigne de vous et passe à autre chose aussi rapidement qu’il vous était tombé dessus.

 
Au pire, si jamais ça ne passe pas et qu’aucun tremblement de terre ne se décide à faire son apparition sur un quelconque coin du globe, qu’aucune starlette du showbiz ne se décide à sortir de sextape et qu’Apple ne prévoit la sortie d’aucun nouveau produit dans les 10 jours à venir, un petit tweet d’excuse larmoyant devrait faire l’affaire.

 
De nos jours, 140 caractères, ça vous rachète des conneries qui auraient pu vous valoir jet de gant et duel à l’aube y a encore pas si longtemps.

 

Éléments de langage à utiliser dans une résolution de crise via Tweet :

 

– Des propos sortis de leur contexte.
– Une plaisanterie malheureuse et de mauvais goût que je regrette profondément.
– Un écart de langage qui ne reflète pas ma pensée et la profonde estime que je porte à : cette communauté / religion / profession… Rayez les mentions inutiles.

 

Pour quoi que ce soit de plus gros et déclenchant la mise en marche de la machine judiciaire, ou une réelle et profonde indignation de l’opinion publique, cette technique est à proscrire définitivement !
Vous allez devoir vous exprimer ! Vous ne pourrez pas y échapper, et tant que vous ne l’aurez pas fait, vous serez traqué nuit et jour dans l’espoir d’un commentaire.

 
Alors attention, pas de hâte dans la manœuvre, choisissez bien où et quand, et exprimez-vous une bonne fois pour toutes pour ensuite « laisser la justice faire son travail ». Élément de langage que vous devrez obligatoirement placer jusqu’à plus soif. L’idée c’est de lasser vos vis-à-vis retors et pugnaces souhaitant aller au fin fond de l’affaire et qu’ils vous lâchent la grappe.
En cas de mauvaise prestation, je ne donne pas cher de votre peau.

 

Éléments de langage à utiliser dans une résolution de crise via Interview :

 

– J’ai pleinement confiance en la justice de mon pays.
– J’ai été entendu par le parquet de *****. Il faut maintenant laisser la justice faire son travail.
– Une enquête est en cours et j’ai bon espoir que toute la lumière soit faite sur cette triste histoire dans les plus brefs délais.

 

 

Survivre à un scandale politique – Technique 2 – Je n’étais pas au courant

 

Aussi connue sous le nom de Couille molle qu’aura quand même assez de courage pour laisser un autre con prendre sa place sur l’échafaud.

 

à la question : – Pourquoi avoir piqué dans les caisses de l’Etat ?!
répondre : – Il semblerait effectivement que des malversations aient eu lieu en mon nom, mais je n’y suis pour rien. Mon identité a été usurpée, ma confiance a été bafouée, mon honneur trahi. Je suis brisé, écœuré, sonné. Berné, trompé, consterné. Souillé, avili, violé.

 

Si vous pouvez, c’est le moment ou jamais de chialer. Une petite larmichette dans ce genre de situation, ça n’a jamais fait de mal à personne. Au contraire, ça fait toujours son petit effet.
Mais bon, à manier avec prudence. Attention à ne pas tomber dans les excès si vous ne voulez pas non plus que les gens découvrent votre petit numéro de comédien et votre vile tentative de chantage émotionnel.

 
À moins d’avoir fait un peu de théâtre dans votre jeunesse et de maîtriser sur le bout des doigts aussi bien votre sujet que la gestion de vos glandes lacrymales et votre production de larmes de crocodile, vous aventurez surtout pas à plus qu’un regard légèrement embué, des yeux dans le vague un peu sonnés, et la petite larmiche qui va bien. Pas plus.

 
Pour les autres, tous ceux qu’ont un temps caressé le rêve de brûler les planches et ont deux / trois spectacles de fin d’année à leur actif, faites parler votre talent et allez-y de toute la palette d’émotion, de tristesse et d’ahurissement dont vous êtes capable.

 

Avantage(s) : Vous plaidez coupable et innocent en même temps… si ça passe, vous en sortez blanc comme neige.

 
Inconvénient(s) : Faudra trouver un con pour payer l’addition à votre place ! Stagiaire, assistant, directeur de cabinet, proche collaborateur, chauffeur personnel, ami, conjoint, progéniture… animal de compagnie, chien, chat, hamster, poisson rouge, perroquet ou perruche (seulement à condition que le piaf soit 100% muet)… peu importe en fait. Du moment que vous avez des preuves que le gars ou la bestiole en question s’est trouvé plus ou moins à proximité des lieux du délit à la date en question, ça fera l’affaire.

 
L’opinion demandera un sacrifice, vous devrez lui en donner un si vous souhaitez survivre. Et victime consentante ou pas, il faudra que ce soit sanglant pour complètement vous exonérer.

 

Éléments de langage à utiliser :
 

– Je tombe des nues. Je suis sous le choc. Je n’arrive pas à y croire.
– La terre se dérobe sous mes pieds. C’est à n’y rien comprendre. J’ai l’impression de vivre un véritable cauchemar.
– Moi qui lui ai tout donné. Tout offert. L’ai traité comme un fils / un ami / un confident / un fidèle compagnon / un bien-aimé animal de compagnie… Rayez les mentions inutiles.

 

 

Survivre à un scandale politique – Technique 3 – La méthode Droit dans mes bottes

 

Aussi connue sous le nom de Mon honneur parle pour moi ou, dans certains milieux interlopes, de Prêtre défroqué – en référence aux mœurs douteuses de ladite personne et à sa relation à Dieu pour le moins intéressée, pour ne pas dire feinte.

 

à la question : – Que pensez-vous des accusations de ***** ?!
répondre : – Je n’ai rien à me reprocher. Je suis droit dans mes bottes, bien dans mon slip, à l’aise dans mes chaussettes. Je dors sur mes deux oreilles et n’ai aucune difficulté à me regarder droit dans les yeux le matin en me rasant. J’ai la conscience tranquille et le zizi bien dur à tous les réveils, prêt à accueillir avec joie et sérénité ce que la vie me réserve, bien persuadé au fond de moi que Dieu est témoin que nulle trace de mensonge sommeille en mon cœur.

 

Bon, le problème avec ça, et l’expérience nous l’a montré à plus d’une reprise, c’est que lorsque des éléments concrets de votre culpabilité vont sortir… ne dites pas non, si vous avez lu autant de ce texte, c’est parce que même si vous n’êtes pas encore dans la merde, vous vous dites que peut-être un jour vous le serez, et en conséquence, s’il y a une ou deux bonnes idées à prendre… Mieux vaut prévenir que guérir, j’me trompe ?! Donc, ne dites pas non… Merci… Enfin bref, tout ça pour dire, si ça arrive, vous allez avoir du mal à vous en dépêtrer !

 
En plus de la mise en examen, vous allez devoir affronter le ressentiment de tous ceux qui vous ont cru de bonne foi et défendu bec et ongles, se sont engueulés avec amis, familles, et collègues à la machine à café, se sont portés garant de votre honnêteté à la moindre occaz.

 
Rien de pire que la confiance déçue. Ils réclameront vengeance de la duperie dont ils auront été victimes. Ils voudront votre scalp. À moins d’un superbe numéro de repentance sorti de derrière les fagots, vous êtes dans de très sales draps.

 

À manier avec extrême prudence et uniquement lorsque vous avez la certitude que rien de concret ne pourra venir à fuiter.
À formellement éviter dans toutes les histoires liées à de la paperasse genre détournement de fonds, malversation financière, emploi fictif, prise illégale d’intérêts… ça laisse des traces et vous pouvez être sûr qu’il faudra pas bien longtemps avant qu’un journal fasse sa Une avec un papelard arborant votre signature en bas de page prouvant votre culpabilité… et la duplicité de votre défense et de vos larmes de crocodile… vous enterrant définitivement.

 

À réserver aux histoires difficiles à prouver, où ça se résume souvent à parole contre parole. Mœurs douteuses, harcèlement, tripotage de stagiaire, fétichisme de pieds d’assistante, addiction aux sous-vêtements souillés… enfin, ce genre de thématique un peu crade… ou, en dehors de SMS compromettants, de dick pics turgescentes, et de calcifs contenant encore quelques-uns de vos poils pubiens – mais que vous pourrez toujours prétexter vous avoir été volés il y a plusieurs semaines en arrière -, sera dur de sortir quoi que ce soit.

 
Par contre, si en plus d’être un affreux personnage libidineux dégueulasse, vous avez eu la bêtise d’envoyer des photos de vos bijoux de famille avec votre téléphone portable personnel à toutes les jolies demoiselles qui ont croisé votre chemin, je ne peux rien faire pour vous et aucun de mes conseils ne pourra vous venir en aide.  

 

En dehors peut-être, de celui de commencer à vous renseigner sur les tarifs d’un avocat spécialisé et espérer pouvoir plaider la démence pénienne et vous en sortir avec une simple mise sous curatelle renforcée de votre teub. Même si on va pas se mentir, une défense à base de : C’est pas ma faute, c’est mon zobe qu’est complètement niqué du gland et me pousse, sous la menace, à faire des choses complètement folles, c’est plus du domaine de la haute voltige que de la simple plaidoirie.  
Après ça coûte rien d’essayer. Sur un malentendu ça peut passer.  

 

Si jamais ça ne passe pas, vous restera plus qu’à vous informer sur les différentes techniques pour cantiner efficacement en prison et profiter de votre temps libre pour réfléchir à une reconversion, parce que je doute sérieusement que vous puissiez continuer en politique et ne fassiez pas un détour par la case prison.

 

Éléments de langage à utiliser :

 

– Bien que ressemblant fortement à mon zizi, ce n’est pourtant pas le mien que l’on peut voir sur cette photo. Et si par le plus grand des hasards, il venait à être prouvé que c’est bien mon membre, je ne vois pas d’autre explication qu’un odieux photomontage visant à me nuire.
– Elle est complètement folle ! Elle ment ! C’est une cinglée !… À n’utiliser que si la personne en question a effectivement des antécédents psychiatriques. Sans quoi ça risque d’être très mal perçu.
– Ce n’était pas des gestes déplacés, mais des techniques avérées de massage asiatique visant à restructurer totalement l’équilibre du flux énergétique du corps pour gagner en bien-être, en santé et en force. Le fait que ça sollicite parfois les organes génitaux est totalement indépendant de ma volonté. Je ne fais qu’appliquer un savoir-faire ancestral. Dans notre jargon on appelle ça un massage, pas un toucher rectal. Je ne savais pas que c’était répréhensible par la loi. Sinon vous vous doutez bien que je ne me le serais jamais permis.

 

 

Survivre à un scandale politique – Technique 4 – L’agacement

 

Considérée comme une variante de la précédente : La Technique du Droit dans mes bottes et aussi connue sous le nom de Je commence à en avoir plein le cul de vos accusations.

 

à la question : – Que pensez-vous des accusations de ***** ?!
répondre : – Comment osez-vous ?! C’est une honte ?! De ma vie, je n’ai jamais mangé et ne mangerai jamais de ce pain-là. Si même vous, une personnalité appréciée des français, journaliste reconnu et talentueux, vous aboyez avec la meute et abaissez le débat public au niveau du caniveau, je ne donne pas cher de l’avenir de notre pays. J’ai honte pour vous.

 

Avantage(s) : Ils sont identiques que pour sa parente Droit dans mes bottes, avec un effet démultiplicateur dû à sa plus grande agressivité.

 
Inconvénient(s) : La puissance démultipliée du retour de bâton en cas d’éléments allant dans le sens de votre culpabilité.

 

À considérer comme de la nitroglycérine, à manier avec une prudence extrême et à n’utiliser que si vous êtes réellement innocent… ou tellement coupable que vous êtes acculé, dos au mur, sans plus des masses d’option et jouez le tout pour le tout.

 

 

Survivre à un scandale politique – Technique 5 – La Menace

 

Aussi connue sous le nom de Tu perds rien pour attendre, fais-moi confiance sale enfoiré, à la première occaz je te crèverai la gueule et te pendrai par les couilles à un croc de boucher.

 

Méthode qui se partage en deux approches totalement différentes bien qu’à la finalité relativement proche. Le choix de l’une ou de l’autre étant essentiellement une histoire de caractère et de goût. Quasi de sensibilité artistique et de choix de mise en scène.

 
Première approche : La douce, tout à l’insinuation et aux sous-entendus. Vous servez votre intimidation sous forme de petite douceur aux couleurs aimables et bienveillantes.
Seconde approche : La forte, tout à la mandale, coups de pied retourné, et promesses des pires sévices. Vous servez votre coup de pression couteau entre les dents et grenades en mains.

 

à la question : – Que répondez-vous à ceux qui vous accusent de détournement ?!
répondre : – Et vous, que répondez-vous à ceux qui disent que vous ne payez pas vos impôts en France / avez trafiqué vos diplômes / avez une double vie / êtes fan de Lorie / faites des galipettes avec une personnalité politique mariée… Rayez les mentions inutiles.

 
L’idée, c’est de répondre à la question vous mettant en difficulté par une autre question cherchant à mettre en difficulté votre interlocuteur et contenant des sous-entendus plus ou moins explicites sur ses pratiques sexuelles dépravées et/ou déviantes, une double vie cachée, des dossiers compromettants en votre possession… histoire de calmer ses ardeurs.

 
Avantage(s) : Cette approche a, comme son nom l’indique, l’intérêt de la douceur. Elle peut permettre à votre interlocuteur, subitement vengeur masqué souhaitant vous mettre en difficulté, de revenir à la raison, rentrer dans le rang et retrouver son calme, sans que vous ayez à le houspiller de trop. Une petite tape sur les doigts. Un rappel à l’ordre en quelque sorte.

 
Inconvénient(s) : Chien qui aboie ne mord pas. À être trop doux, les gens pourraient, à tort ou à raison, penser que vous n’êtes rien d’autre qu’un petit roquet hargneux qui aime à terroriser des victimes facilement impressionnables, mais sans véritable capacité de nuisance.

 

ou bien, deux salles, deux ambiances, mais toujours la menace en toile de fond, la forte :

 

à la question : – Que répondez-vous à ceux qui vous accusent de détournement ?!
répondre : – Si j’étais vous, je ne m’aventurerais pas sur ce terrain-là. J’en ai cramé dans le métier des plus brillants que vous. Brisé des plus coriaces. Pulvérisé des plus téméraires. Éradiqué des plus dangereux. Anéanti des plus braves.
L’idée, c’est pas forcément de faire dans le détail, mais d’exposer par le menu, les réjouissances qui attendent l’importun s’il continue à vous faire chier avec ses questions à la con.

 

Avantage(s) : Cette technique a le mérite d’entrer immédiatement dans le vif du sujet. En très peu de temps votre interlocuteur sait de quoi il retourne. Contrairement à la douce où, si vous êtes trop subtil dans vos insinuations, le gars pourrait ne pas vous comprendre. Là, pas de doute possible, un lance-roquette en lieu et place de dégueuloir, à moins d’être un parfait retardé mental, votre interlocuteur devrait rapidement piger de quoi vous lui causez.

 
Inconvénient(s) : Vous ne pourrez pas menacer constamment tout le monde sous peine de rapidement finir dans un coffre de voiture, bâillonné et ligoté, pieds dans le ciment en route pour les grandes profondeurs et explosion du record du monde d’apnée, ou balles dans le dos au détour d’une promenade. La menace directe n’est clairement pas sans risque.

 

À n’utiliser qu’avec les plus faibles que soit. Cette technique est parfaite pour tous ceux qui se considèrent comme les plus forts des faibles. Mais à proscrire avec plus fort que soit !
Sauf dans le cadre d’une blagounette qui se voudrait légèrement menaçante dans l’espoir de vous faire respecter par des gars qui vous prendraient de haut… et encore, à condition que le supérieur visé saisisse parfaitement votre sens de l’humour et apprécie les zigotos un brin insolents. Sans quoi, vous pourriez finir par nourrir les poissons sur un malentendu.

 

 

Survivre à un scandale politique – Technique 6 – La Garde Rapprochée

 

Considérée comme une variante de La Menace, La Technique de la Garde Rapprochée est aussi connue sous le nom Les Gorilles ou, dans certains milieux interlopes, de J’ai beau être super sympa je ne pourrai pas les retenir très longtemps et ils sont d’humeur à faire un carnage.

 

Si vous avez la chance d’être entouré d’une garde rapprochée prête à prendre les armes pour vous et à partir au front pour défendre votre honneur, alors ne vous rabaissez pas à faire des menaces, quelles soient insinuées ou frontales, et laissez vos gros bras se charger du sale travail, rouler des mécaniques, menacer vos opposants, invectiver vos détracteurs, proférer des menaces à l’encontre de tous ceux qui émettent le moindre doute quant à votre innocence, pendant que vous, vous jouerez, au choix : l’idiot du village, l’honnête citoyen bafoué, la vierge effarouchée, le gars qui tombe des nues… en fonction de ce qui colle le mieux à votre personnage, à la perception qu’en ont les gens, et du merdier dans lequel vous êtes embourbé.

 

Vous pourrez ainsi récolter tous les avantages de la technique de La Menace, sans avoir à en souffrir les plus gros inconvénients. cf : se référer au passage concernant les fonds marins.

 

 

Survivre à un scandale politique – Technique 7 – La Perte de Mémoire Partielle ou Totale

 

à la question : – Que répondez-vous aux accusations de vol durant la période de 2007 à 2013 ?!
répondre : – Je ne sais pas. Rien. Sincèrement, je ne me souviens pas. Ça remonte à si loin. Je ne saurais pas vous dire. Il faudrait que je regarde dans mes archives, mais là, comme ça, de tête, entre deux couloirs, très sincèrement, je ne saurais pas vous répondre.

 

Avantage(s) : Si vous ne vous souvenez pas, vous ne vous souvenez pas. Rien à dire. Et si en plus les archives venaient, par le plus grand des hasards, à être détruites… Bon ben next. Fin du débat. On passe à autre chose. Bon débarras et bonne chance pour la suite, les amis.

 
Inconvénient(s) : Un juge, un journaliste, un lanceur d’alerte, un citoyen, pourrait se faire un devoir de vous la rafraichir et se mettre à collecter tous les papiers en mesure de retracer précisément l’historique des faits qui vous sont reprochés, ayant plus confiance en son travail d’enquête qu’aux possibles effets positifs de votre promesse d’augmentation de consommation de poisson dans l’espoir de retrouver un brin de ce qui a disparu de votre disque dur.

 

 

Survivre à un scandale politique – Technique 8 – C’est une pratique courante

 

Un classique intemporel. Aussi connue sous le nom de C’est pas moi, c’est les autres qui ont commencé, je n’ai fait que suivre le mouvement, à contrecœur et grand regret.

 

à la question : – Pourquoi avez-vous employé tous les membres de votre famille avec de l’argent public ?!
à la question : – Pourquoi avez-vous accepté des mallettes pleines d’argent ?!
à la question : – Comment expliquez-vous que les frais de construction de votre piscine aient été payés par le contribuable ?!
à la question : – Comment se fait-il qu’un dictateur étranger ait financé, tout ou partie, de votre dernière campagne ?!
à la question : – Comment expliquez-vous que vos parties fines aient été payées avec de l’argent destiné à une association dont vous étiez en charge et venant en aide aux enfants atteints de leucémie ?!

 

Ne cherchez surtout pas à vous justifier ! Immanquablement, une horrible bande de bobos gauchistes fascisants, social justice warriors des temps modernes, dictateurs du politiquement correct, passant leurs journées en slip devant un ordinateur, un paquet de chips dans une main et la souris dans l’autre, à écrire chroniques farfelues ou fumeux conseils à ne pas suivre, ferait semblant de ne pas vous comprendre et utiliserait vos arguments, pourtant certainement parfaitement valables, pour en démontrer l’énormité ou les retourner contre vous.

 

répondre : – Je n’ai rien volé. C’est une pratique courante de la 5ème république et nullement répréhensible par la loi. Tout le monde le fait. Tout le monde l’a toujours fait. Je comprends que du point de vue de la morale cela puisse être ambigu, choquant, voire condamnable… mais du point de vue de la justice, c’est parfaitement légal.

 

Très important ! C’est argument n’est valable que si vous êtes honnêtement malhonnête !
Comprenez : Vous avez effectivement tapé dans la caisse… mais connaissez de source sûre d’autres personnes dans le même cas que vous. Avec éléments à l’appui, c’est un plus.
Sans ça, cette technique ne marchera pas et vous enfoncera plus qu’autre chose.
Par contre, dans le cas où vous seriez réellement honnêtement malhonnête, ça peut être pour vous une véritable planche de salut salvatrice.

 

Avantage(s) : D’un coup, ça n’est plus juste VOTRE affaire, mais l’affaire de toute une profession. Tous vos anciens amis qui vous regardaient avec dédain et morgue lorsque vous vous êtes fait prendre la main dans le pot de confiture, vont se mettre à transpirer. Victimes de grosses suées et de terribles terreurs nocturnes. Une vie de dur labeur et de petites magouilles sur la sellette. Et la nature étant bien faite, ils ne pourront s’empêcher de venir, si ce n’est prendre votre défense, au moins minimiser votre implication ou les faits qui vous sont reprochés, dans l’espoir de ne pas se voir emporter par le tsunami que vous avez déclenché.

 
Inconvénient(s) : Si par votre faute, d’autres venaient à boire la tasse, vous venez de vous faire des ennemis mortels qui n’auront de cesse de vouloir votre chute et votre mort.

 

conclure par : – Ceci est une pratique d’un temps révolu qu’il est nécessaire de voir disparaître de notre paysage politique. Et je peux promettre aux Français que, si je suis réélu, le premier acte de mon prochain mandat sera de légiférer sur le sujet et de proscrire cette pratique !

 

Et voilà, le tour est joué ! Avec cerise sur le gâteau et petit bisou sur les fesses.
Et non, ne vous inquiétez pas. Vous ne souffrirez d’aucun manque à gagner. D’ici à ce que vous soyez réélu, entre la nouvelle saison de The Voice, les grandes vacances, la sortie du nouvel Iphone ou de je ne sais pas trop quelle autre connerie inutile hors de prix mais dont plus aucun être humain ne peut se passer, Dieu merci, tout le monde aura oublié et sera passé à autre chose. Vous pourrez reprendre business et magouilles comme si de rien n’était.
Par contre, faites ça propre cette fois. Pas question de vous faire gauler une seconde fois pour la même connerie, sans quoi je ne donne pas cher de votre peau. Mémoire de poisson ou pas.

 

 

Survivre à un scandale politique – Technique 9 – Le Détournement

 

Aussi connue sous le nom de Ni vu, ni connu, je t’embrouille.

 

Comme un magicien. Misez sur la diversion. Attention mesdames et messieurs, rien dans la main droite, rien dans la main gauche, ni vu ni connu, j’viens d’vous en glisser une dans le cul.
Comme dit le proverbe : Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt… agitez bien fort votre doigt, c’est tout ce que je peux vous conseiller.

 

à la question : – Qu’avez-vous fait de l’argent ?!
répondre : – Monsieur le journaliste, ne pensez-vous pas que les français ont d’autres priorités que ces vulgaires ragots ?! Les français en ont marre ! Les français veulent du concret ! Les français veulent des propositions ! Les français veulent du changement ! Et vous savez ce que je propose aux français qui souhaiteront me réélire ?! Voulez-vous savoir ce que je leur propose ?! Non ?! Ben je vais vous le dire quand même.

 

Et là, ensuite, vous déroulez. Chaque question qui revient sur le dossier, vous embrayez sur les soi-disant préoccupations des français. Chômage, éducation, immigration, délinquance, précarité, pouvoir d’achat, terrorisme, en fonction de votre humeur, de celle du pays, et des différents événements qui auront été particulièrement mis en avant les semaines précédentes.
Gardez en tête que plus vous surferez sur les angoisses et peurs du moment, mieux ce sera !

 

 

Survivre à un scandale politique – Technique 10 – Le complot

 

Technique indémodable qui a largement fait ses preuves au fil des siècles et n’a plus rien à prouver. Aussi connue sous le nom de Filouterie de haut-vol.

 

Technique encore plus subtile que celle du Détournement, mais ô combien plus offensive et efficace si elle est bien utilisée et savamment mise en œuvre.
Plus qu’une simple technique, cette méthode est presque une discipline à elle seule, dont certains adeptes l’ont élevée au rang d’art. Créant des affaires dans les affaires et enfumant tout le monde avec une facilité et une aisance absolument étourdissante.

 

à la question : – Qu’avez-vous fait de l’argent ?!
répondre : – Excellente question. Mais ce que j’aimerais savoir monsieur le journaliste, c’est qui a permis le transfert de cet argent ?! Quels sont les véritables responsables ?! Moi, comme tous les français, sommes victimes d’une odieuse manipulation, d’un attentat politique, et c’est pourquoi je vais moi-même saisir la justice. Pour que toute la lumière soit faite et que les véritables responsables soient démasqués. Je n’accepterai pas de voir nos institutions, ainsi que ma personne, au service des français depuis plus de 30 ans, traînés de la sorte dans la boue.

 

Éléments de langage à utiliser :

 

– Je suis victime d’un complot. Il est évident que l’on cherche à m’abattre.
– Ce sont des rumeurs qui viennent s’ajouter aux rumeurs et aux calomnies.
– Les faits sont troublants. Pourquoi monter cette opération contre moi maintenant ?

 

Avantage(s) : Arguments suffisamment évasifs et fumeux pour que tout le monde puisse y voir ce qu’il a bien envie d’y voir. Puissance étrangère, lobby financier, conglomérat industriel, martien, illuminati, marsupilami… n’importe qui peut être derrière la cabale qui vous accable. À vous d’en convaincre l’opinion. Ou tout du moins de semer le doute dans les esprits. Lorsque le doute fera son apparition, ce sera quasiment partie gagnée.

 
Inconvénient(s) : Comme pour la technique de la Perte de Mémoire Partielle ou Totale, vous n’êtes pas à l’abri qu’un justicier masqué en galère de hobby et proprio de masse de temps libre se fasse une mission de venir apporter des éléments concrets et vérifiables venant balayer définitivement toute possible thèse de complot. Vous pourrez toujours l’accuser d’en faire partie… d’être à la solde de puissances cherchant à déstabiliser notre nation… mais au risque de perdre toute crédibilité pour la suite de votre défense, si jamais les pièces produites se révélaient réellement compromettantes et ne souffrant pas contradiction.

 

 

Voilà mes chers amis, 10 techniques et conseils à ne pas suivre pour survivre à un scandale politique. Je ne pense pas avoir été exhaustif, et ce n’était d’ailleurs pas le but de ce texte. Tout cela, je l’espère, n’est qu’une première étape. À nous de l’enrichir, à chacun d’y apporter sa petite pierre et sa contribution personnelle afin de créer un document solide et efficace contenant un maximum d’idées et de manœuvres afin de survivre à une crise politique.
N’hésitez donc pas à me faire part de vos réflexions ou de vos expériences personnelles afin que je les ajoute à mon texte et que toute la communauté puisse en profiter.
J’espère grâce à ça avoir accompli mon devoir de citoyen et contribué à mon maigre niveau à redorer quelque peu le blason de l’élite d’une profession bien malmenée ces derniers temps.

 
Cordialement, Un Chien des Temps Modernes.
 
 

Pour découvrir le travail de cet auteur Lyonnais, vous pouvez vous rendre sur son blog Un Chien des Temps Modernes ou le suivre sur Facebook et Twitter.

 
Retrouvez toutes nos cartes blanches ici >> Cartes Blanches Blog in Lyon
 

articles

Rencontre

voir plus

voir plus

lyon

Rencontre

voir plus

voir plus